« Louise Bourgeois face à face » de Xavier Girard, coll. Fiction &  Cie, Seuil

louis bourgois à new york araignée
Livre

Publié le 12 juillet 2016 par Anne Brouilhet

0

Zoom sur un roman « new-yorkais », avec notre libraire Anne Brouilhet. Cette semaine, elle vous présente un livre qui l’a enthousiasmée, Louise Bourgeois face à face de Xavier Girard, paru aux éditions du Seuil. Une façon de découvrir cette artiste incontournable décédée en 2010 à New York. Et qui pourrait fort bien faire partie de vos lectures estivales.

Ce que le livre donne à lire…

Ce récit pétillant nous invite à assister à une rencontre peu ordinaire avec une artiste incroyable, inclassable. Nous sommes les derniers mois de l’année 1982, Xavier Girard, jeune critique d’art est à New York pour interviewer Louise Bourgeois. Elle est mondialement reconnue, célèbre. Elle a 71 ans. 

xavier-girard-écrit sur la new-yorkaise louise bourgeois

Le jeune homme ne se laisse pas impressionner par la malicieuse, narquoise grande dame qui souvent silencieuse, n’hésite pas à s’imposer avec humour : «  Les questions- dit-elle, c’est moi qui les pose ». Née à Paris en 1911, Louise Bourgeois s’est exilée à New York en 1938 en se mariant avec un critique d’art américain en voyage à Paris, Robert Goldwater.

Elle  y est décédée en 2010.

couverture du livre louise bourgeois face à face de xavier girard«  Je suis une artiste américaine… » « Je n’ai jamais été une artiste française, j’ai commencé à travailler vraiment une fois en Amérique. Ma rupture avec la France est sans retour. » et comme l’ajoute avec finesse le narrateur :  « Et pourtant… ».

Le ton est donné. Tout au long des pages, la lumière de la grande métropole «  d’un blanc glorieux » illumine les propos parfois acerbes et acérés de la brillante sculptrice. Les bruits de la ville interfèrent avec les sons des mots et inspirent à Xavier Girard des phrases ailées d’une délicieuse légèreté très agréables à lire.

 New York, décor incontournable s’infiltre durablement  dans les riches et profondes matières d’une œuvre pétrie et réalisée de l’intérieur. L’eau, «  à New York aussi il y a de l’eau partout », et, le ciel «  le ciel de New York est une chose très positive et très apaisante… c’est un ciel qui ne plaisante pas. On peut compter dessus. Par conséquent c’est la paix … » , complètent la palette sensorielle d’une artiste qui cherche dans la recomposition de fragmentations à rehausser le temps.

Et, comme elle le dit si bien, « En venant ici, je me suis dédoublée. Mon corps est bilingue. »

Organisé selon des allers-retours flamboyants entre passé et présent, le monde d’hier et l’art d’aujourd’hui au gré de l’inspiration de la fantasque vieille dame, cet échange humain, très humain, donne à penser aux liens intimes qui se tissent entre les obligations du réel de la vie quotidienne et les inspirations artistiques primordiales pour donner corps à des désirs impérieux et lucides.

l'atelier new-yorkais de louise bourgeois

Xavier Girard expose avec subtilité et grâce, l’élégante trame d’un tissage féminin, d’une vie consacrée à l’art qui ne cesse de trahir sa filiation avec les mythes fondateurs comme le font si majestueusement les gigantesques araignées qui souhaitent peut être nous rappeler l’héroïne Arachné qui ose défier les dieux ignorant  fougueusement  la vertu féminine par excellence, la tempérance.

Capture d’écran 2016-07-12 à 16.11.32

Louise Bourgeois nous convie, grâce à la plume alerte et sensible de Xavier Girard, à visiter les coulisses de sa mémoire, les recoins de son atelier new-yorkais, à partager quelques-uns de ses secrets, de ses réminiscences autobiographiques avec beaucoup de vigueur, de pudeur et surtout de générosité.

Pourquoi lire « Louise Bourgeois face à face » ?

Découvrir la personnalité d’une femme hors norme, une des premières de sa génération à rencontrer la célébrité et à triompher des préjugés, des réticences, et des puritanismes.

Puis,  goûter un plaisir exquis,  « la conversation de Louise Bourgeois est sans début ni fin. C’est une eau vive qui coule où elle veut ». S’offrir un voyage au centre d’un processus de création, loin des procédés, qui fait surgir au creux d’un dialogue authentique , un cheminement intime et exigeant centré sur les peurs conjurées par une confrontation avec la matière. «  La forme doit être stricte, nette sans fioriture ». Dans cet ouvrage sans illustration, les images se recomposent comme par magie, les œuvres de Louise Bourgeois surgissent entre les lignes et impressionnent la rétine. Le pouvoir « magique » de la littérature s’exprime pleinement pour le ravissement des sens du lecteur médusé.

Enfin, s’engager et déambuler dans New York selon un tracé original. Suivre les traces, les empreintes d’une expérience artistique  singulière qui encourage à élever son regard et au-dessus des gratte-ciels, voir le ciel différemment : «  parce qu’il est bleu, absolument bleu, brillant et acéré comme une feuille d’aluminium d’une dureté étincelante… »

Où acheter ce livre ?

Par ici.

Le saviez-vous ?

La maison de Louise Bourgeois se trouve 349 W 20h Street à New York.

► Découvrez
d’autres romans sur New York 

Tags

, , , , , ,

Partager l'article

Commenter l'article