New York couleur Lila : Meriem Nassiri publie son e-book!

newyorkcouleurlilas
Livre

Publié le 11 janvier 2014 par La redaction

0

Elle revient de New York où elle a passé 3 ans, en charge de l’antenne nord-américaine de Trace TV, la célèbre chaîne de télé musicale diffusée dans le monde entier. Vous la connaissez peut être, puisqu’elle poste des billets d’humeur sur New York depuis 2008 sur son blog The Travelin Girl ! Un de ses articles a donné envie à des milliers de gens qui partent en voyage aux USA de connaître Fort Green, à BrooklynDu blog, Meriem est passée à la fiction. Elle publie son premier roman, New York couleur Lila. Rencontre !

New York couleur Lila, c’est qui, c’est quoi ?

xx
New York couleur Lila 
est un roman qui se passe à New York. On y suit les pas de l’héroïne, Lila, une Parisienne de 24 ans qui gagne la green card et file vivre à New York, la ville dont elle rêve depuis qu’elle est petite. Elle lâche tout à Paris, de son taf à son mec en passant par sa Twingo et part direction Brooklyn, pas du tout au milieu des gratte-ciels comme elle l’espérait tant. D’ailleurs sur place, rien ne se passe comme prévu et Lila déchante. Va-t-elle tenir, va-t-elle trouver sa place ? Réponse dans les pages du livre ! Je pensais avoir pondu un ouvrage chick lit’, ce style de roman léger écrit par des femmes pour les femmes -comme Le Diable s’habille en Prada-, mais beaucoup de lecteurs hommes ont adoré ! Du coup je pense qu’on peut parler plutôt de travelit’. 

Cette histoire new-yorkaise, est-ce ta vie ou une fiction ?

xx
C’est une fiction !
Ma vie à New York, mes lecteurs la connaissent, grâce à mon blog. Lila est un personnage et ses aventures sont inventées. Mais je me suis inspirée de choses vécues et quelques posts du blog sont intégrés au roman. C’est donc un doux mélange de fiction et de « blog posts », qui rend le personnage de Lila assez attachant et surtout très familier. J’ai eu énormément de retours de lectrices qui me confient s’être identifiée à l’héroïne. Tant mieux ! Et vu que le roman à tendance à valoriser l’audace et l’accomplissement personnel, les lecteurs en sortent motivés ! Comme s’ils prenaient un shot de New York le temps d’une lecture.

À New York, en quoi consistait ton travail ? 

xx
Je réalisais des interviews de stars du hip hop et de R&B, et j’écrivais et montais des reportages sur l’actualité musicale aux US.  J’ai rencontré énormément de monde et j’ai beaucoup appris. Du coup, mon roman est teinté de culture urbaine. À plusieurs moments dans le récit, il est question de musique ! New York couleur Lila risque de plaire amoureux de la Grosse Pomme et aux fans de cultures urbaines.

Raconte-nous ton meilleur souvenir !

xx
Mon meilleur souvenir à New York
 date de 2009, quand j’ai été au Brooklyn Museum. Les 1er samedis du mois le musée est gratuit et jusqu’en 2013 ils organisaient une gigantesque fête au coeur du musée avec des DJ house, hip hop etc. La première fois que j’y suis allée, j’ai visité le musée, un peu à l’arrache, sans savoir ce qui m’attendait. Et puis d’un coup, à 20h précise, tout le monde est allé sur la piste, la musique a fait vibrer les murs et au milieu des oeuvres d’art on s’est tous mis à danser. Des milliers de personnes de 7 à 77 ans réunies par amour de l’art et du son. J’ai passé une soirée formidable et j’y suis retournée bien des fois, avec des amis en vacances. Ils ont tous été traumatisés par ces soirées. Magique ! J’en parle ici.

Et ton pire souvenir ?

xx
J’ai été pas mal épargnée à NYC : pas de vols, pas d’arnaques, pas de bedbugs [les puces de lit qui sévissent à New York, NDLR], pas de visa refusé. J’ai été assez chanceuse, mine de rien. Mais comme le brownstone à côté du mien était inhabité et en ruine, on avait des rats ou des écureuils (je préfere imaginer que c’était des écureuils !) qui passaient entre les cloisons, derrière les murs. Ils n’ont jamais pu rentrer chez moi mais je les entendais tout le temps courir au plafond de ma cuisine et dans la salle de bain. C’était dégueulasse. Le temps que la proprio passe aux choses sérieuses (aka qu’elle casse le mur et rebouche les trous par lesquels ils passaient) j’ai vécu 2 mois avec un bruit de rongeurs se baladant dans mes murs. Après ça je n’avais plus peur de rien, ahah !

Est-ce ces anecdotes à New York City qui t’ont poussée à prendre la plume ?

xx
C’est en somme grâce au blog. J’avais régulièrement des commentaires de lecteurs me suggérant de faire un livre. Ils m’incitaient à raconter une plus longue histoire. Une fois, deux fois. Puis quand c’est devenu régulier, je me suis dit : « Bon ils ont sûrement raison ! Essayons ! » Ma vie à New York était bourrée d’anecdotes et si ce n’était pas moi, c’était d’autres amis expats qui me racontaient leurs histoires et m’inspiraient des scènes pour ma fiction. Du coup, en 2010 j’ai commencé à griffonner un brouillon de synopsis pour ce roman, clairement inspiré de mon arrivée à New York en 2008. Puis le texte a mûri, j’ai changé l’angle, et la période, j’ai ajouté des personnages et j’ai finalisé un premier fichier avec les 10 premiers chapitres et les grandes lignes de la suite. J’ai eu la chance de rencontrer Layla Demay, la directrice de la collection Les Pintades, qui m’a donné son avis et des conseils pour continuer mon récit. Et puis avec le temps, j’ai réussi à peaufiner les aventures de Lila. J’ai bouclé le livre en septembre et mi-décembre je l’ai mis sur les plateformes de téléchargement et… voilà, New York couleur Lila a pris son envol !

Quel est l’accueil public ?

xx
Pour l’instant les lecteurs du livre sont principalement les lecteurs du blog
, qui connaissent et apprécient mon univers. Donc les retours sont très bons. Je suis surprise de voir que même les mecs adorent ! Dans l’ensemble, on me dit qu’on le lit comme on regarderait une comédie romantique américaine à la télé ou une série dont on enchaînerait les épisodes… C’est facile à lire, léger et distrayant. Et c’est exactement ce que cela se voulait être. Pas question de faire de la littérature. Juste un livre qui met l’espace d’une heure ou deux des paillettes dans les yeux, comme quand on voyage à New York. Et puis il coûte moins de deux euros en eBook donc c’est vraiment pour toutes les bourses et ça s’adresse à tous les amoureux de New York !

Comment lire New York couleur Lila, de Meriem Nassiri ?

iBooks – 1,99 € : cliquez-ici.
Kindle – 1,99€ en promo (regular 2,99€) : cliquez-ici.
Google Play – 2,13€: cliquez-ici.
tttttttttttttKiKobo – 1,99€ : cliquez ici.

 

Tags

, , , , , , , , , , , ,

Partager l'article

Commenter l'article